Thumbnail preview

Injecter des contenus « Snackable » dans sa stratégie RP

21 mai 2014 Relations Publics 0 Écrit par mdolle

« Nous sommes devenus une nation où les lecteurs se concentrent sur les grands titres ». Tel est le constat, sans appel, dressé par l’entrepreneur américain Peter Shankman. Ce dernier s’appuie sur des recherches de l’International News Media Association (INMA) qui ont démontré que la durée moyenne d’attention d’un internaute en ligne est de 2,8 secondes, soit le temps qu’il faut pour lire un tweet de 140 caractères.

It’s snack time!
Nous sommes donc bel et bien rentrés dans l’ère du « snacking content », expression anglo saxonne qui signifie littéralement que l’on consomme l’information en guise d’en-cas et par petites bouchées. Ce constat est représentatif de l’attitude volage que nous avons vis-à-vis de l’information aujourd’hui : entre deux réunions on survole les news sur notre smartphone ou alors on « zappe » à la télévision sans grande conviction, attendant LE sujet qui va nous interpeller.

Dans cette lignée, on assiste à une multiplication des applications « snacks » qui visent à combler n’importe quel « petit creux ». Des apps de micro-vidéo comme les applications Vine ou VideoCam permettent de partager de très courts clips vidéo quand d’autres investissent Pinterest et Instagram pour publier des photos en live, car on sait tous qu’ « une image vaut mille mots. »

Même les médias traditionnels s’y mettent. « Life at the speed of light », telle est la baseline de NYT Now. L’application iOS payante du New York Times a en effet décidé de surfer sur cette tendance en mettant à l’honneur des contenus courts qui sont facilement appréhendables et partageables par le lecteur. L’application fait même de la curation avec les contenus d’autres médias. Et si les journalistes s’y mettent alors les RP doivent suivre….

NYT Now
Des Screenshots de l’application NYT Today lancée début avril. Les contenus sont multimédias, courts et adaptés à nos nouveaux modes de consommation de l’information

Remixer ses contenus
Et si la recette pour créer ces délicieux en-cas résidait dans le contenu créé par la marque elle-même ? On a souvent parlé de responsive design, c’est-à-dire d’une navigation web qui s’adapte a la device de lecture, il faudra désormais parler de « responsive content » ! Soit un contenu qui s’adapte à l’usage que l’on souhaite en faire. Une étude complète sur un sujet ? un CP assez dense ? Pourquoi ne pas mettre en lumière les éléments forts et en faire une infographie sur le blog ou un teasing sur Twitter ? Chaque réseau a ses propres codes et propose in fine des contenus différents. Tirez profit de toutes ces opportunités qui s’offrent à vous. En somme, le bon contenu, aux bonnes personnes et au bon moment.

Fraichement annoncée, la nouvelle plateforme de l’AFP « AFP Forum » fait figure de précurseur en la matière. Elle rassemble à un seul et même endroit l’actualité déclinée en plusieurs contenus multimédias afin d’assouvir toutes les envies de grignotages. De la micro-vidéo, à l’article en passant par l’infographie tout devient plus facilement consultable et qui plus est, partageable en fonction du support choisi.

AFP
Capture d’écran de “l’AFP Forum” nouvelle plateforme internet qui rassemble tous ses contenus d’information (textes, photos, vidéos, infographies et vidéographies) en six langues, destinée à ses clients professionnels et en partie consultable par tout internaute.

Aujourd’hui, plus que jamais, les marques doivent s’adapter à ces nouvelles mutations pour se démarquer. Mais attention, « responsive content » et contenus à faible valeur ajoutée sont deux pratiques à ne pas confondre ! Pour bien jouer leur rôle, les RP doivent s’appuyer sur du contenu multidimensionnel, certes, mais avant tout sur du contenu éditorial de qualité.

Laisser un message

Combien font 5 + 6 =