Thumbnail preview

Social Week Report – 10 octobre

10 octobre 2014 Social Week Report 0 Écrit par mdolle

Chaque vendredi découvrez notre tour d’horizon des actualités social media qui ont marqué la semaine.

Le gouvernement US poursuivi pour une fausse page Facebook

Sondra Arquietta été arrêtée en juillet 2010 dans le cadre d’une enquête sur un traffic de cocaïne. Fait étonnant : la jeune femme, qui avait plaidé coupable lors de son arrestation, a à son tour porté plainte contre le gouvernement US.

Le motif ? Lors de sa garde à vue, l’agent Timothi Sinnigen lui confisque son téléphone portable. Un mois plus tard, il crée un faux compte Facebook sous son nom de femme mariée – Sondra Prince – afin « d’entrer en contact avec des individus dangereux sur lesquels il enquêtait dans le cadre d’un supposé réseau de distribution de narcotiques », comme le précise la plainte. Se faisant passer pour Sondra Prince, l’agent n’a pas lésiné sur les moyens pour accroître la crédibilité de son profil, publiant des photos de la femme en lingerie ou avec son neveu. Le tout, naturellement, à l’insu de la principale intéressée…

Contacté par divers sites américains, Facebook a tenu à rappeler qu’usurper l’identité d’un membre était formellement interdit par ses CGU, même pour les autorités. Un procès s’ouvre la semaine prochaine à New-York.

Le gouvernement  américain fait par ailleurs l’objet d’une autre poursuite en justice, initiée cette fois ci par le site de micro-blogging Twitter. Dans une plainte de 19 pages, Twitter allègue que le gouvernement américain trahit le Premier Amendement sur la liberté d’expression en ne l’autorisant pas à communiquer de manière publique sur les demandes de renseignements faites par le gouvernement quant à ses utilisateurs. Une interdiction que le gouvernement  ne souhaite pas lever, assurant être motivé avant tout par le souci d’assurer la sécurité intérieure du pays.

Censure : l’Iran bloque (aussi) un compte Instagram

 Selon plusieurs sources dans le pays, les autorités iraniennes ont procédé au blocage du très controversé compte Instagram “Rich Kids de Téhéran” à la gloire de la jeunesse dorée de Téhéran.

Le compte, directement inspiré par les “Rich Kids d’Instagram”, compile des photographies de jeunes et riches iraniens exhibant leurs modes de vies exubérants. La page affiche également des photos de femmes vêtues de bikinis, sans hijab et en train de s’amuser à des soirées où l’alcool coule à flot. Des contenus jugés contraires aux valeurs islamiques et hostiles à l’Iran qui bloque déjà l’accès aux réseaux Twitter, Facebook et YouTube.

 Depuis son lancement en septembre, le compte a amassé 70,000 followers et a attiré l’attention des médias internationaux, juste avant d’être interdit en Iran. Certains observateurs craignent que le compte puisse mettre la vie des gens photographiés en danger. En effet, sept iraniens ont récemment été condamnés à des peines de prison allant de six mois à un an, ainsi qu’à des coups de fouet, pour avoir diffusé un clip vidéo où l’on pouvait les voir en train de danser sur la chanson de Pharell Williams “Happy”.

Sickweather “la météo des maladies” se développe grâce aux réseaux sociaux 

Sickweather est une apps fort astucieuse qui permet de surveiller l’éclosion des maladies grâce aux médias sociaux.

La société à l’origine de l’apps suit la prolifération des maladies – classées en 4 grandes catégories : respiratoires, digestives  environnementales, maladies enfantines –  en traçant les mentions des symptômes des utilisateurs à travers Facebook et Twitter puis en les resituant sur des cartes afin d’analyser les principaux foyers de maladie. En utilisant ces données, en corrélation avec les données du Center for Disease Control, Sickweather espère créer des modèles prédictifs pour déterminer les endroits où voyagent les maladies

Le co-fondateur de Sickweather, Graham Dodge, estime pour sa part que l’entreprise pourrait collaborer directement avec les Centers for Disease Control dans leurs efforts de surveillance, avec un projet nommé « Dragon Fire ». Actuellement, il faut aux Centers for Disease Control environ deux semaines pour collecter des données puis les transmettre aux médias. Lorsque les virus sont médiatisés, l’épidémie a alors malheureusement déjà eu le temps de s’installer… « Dragon Fire » pourrait accélérer considérablement ce processus  et conduire à des mesures de prévention bien plus efficaces.

Laisser un message

Combien font 9 + 5 =