Thumbnail preview

Social Week Report – 30 avril

30 avril 2015 Social Week Report 0 Écrit par elhoste

Cette semaine, les réseaux sociaux démontrent leur utilité en aidant les recherches au Népal. On vous parle aussi de LinkedIn, qui pourrait pister les menteurs, de Snapchat, qui veut renverser ses publicités, et de la crème des leaders mondiaux sur Twitter.

LES RÉSEAUX EN PREMIÈRE LIGNE AU NÉPAL

nepal

Alors que le Népal a subi cette semaine un tremblement de terre dévastateur, l’interconnexion planétaire des socionautes a pris un sens tout particulier, en démontrant son utilité de manière très concrète, et ce, dès les premières heures suivant le séisme.

Samedi, Mark Zuckerberg annonce sur sa page officielle l’activation de « Safety Check », une fonctionnalité qui doit permettre aux utilisateurs de Facebook de savoir si leurs proches sont en sécurité. L’efficacité de « Safety Check » repose principalement sur la géolocalisation des utilisateurs. Ainsi, grâce aux données de l’Institut gouvernemental américain USGS (United States Geological Survey), le réseau repère que vous vous trouvez à proximité de la zone du séisme, et vous envoie une notification comportant deux questions essentielles : êtes-vous dans la zone affectée ? Si oui, êtes-vous en sécurité ? Une fois les informations renseignées, vos proches reçoivent à leur tour une notification sur votre statut.

« Lorsque les catastrophes se produisent, tout le monde a besoin de savoir si leurs proches sont en sécurité. C’est dans de tels moments que pouvoir être en contact compte vraiment », explique alors le fondateur de Facebook dans son message. Il ne s’agit pas pour autant d’une première pour « Safety Check », qui avait déjà été activée en mars dernier, alors que le cyclone Pam frappait durement les îles du Pacifique sud.

Facebook n’est pas seul non plus dans son élan humanitaire. À en croire Libération, des « groupes de geeks volontaires » se sont également mobilisés pour passer en revue un maximum d’informations disponibles sur les réseaux sociaux. C’est ainsi que la Standby Task Force a entrepris d’y recenser les demandes d’assistances et de cartographier en temps réel les évolutions sur les zones sinistrées, en lien direct avec les secours sur le terrain.

Enfin, Twitter a également joué un rôle, souligne Courrier International. C’est en effet sur le site de microblogging que les images les plus marquantes de la catastrophe ont été postées par les utilisateurs, donnant notamment à voir le visage tristement défiguré de la capitale, Katmandou.

ON EN PARLE AUSSI

Vos CV bientôt passés au crible sur LinkedIn

linkedinLe fact-checking, vous connaissez ? Cette méthode, qui a pris de l’ampleur ces dernières années avec Internet et les réseaux sociaux, consiste à vérifier l’exactitude des chiffres ou des informations entendus à la télé ou lus sur le web. Le plus souvent appliqué aux annonces des hommes politiques, ou aux analyses des experts, le fact-checking pourrait bien débarquer sur LinkedIn, pour le plus grand malheur de ceux qui auraient décidé de parsemer leur CV d’inexactitudes coupables. Le réseau social professionnel a ainsi déposé un brevet pour un système de correction automatique d’erreurs, qui pourrait venir faire le ménage dans les curriculums des membres. D’après le site Fortune, même si LinkedIn n’a pas explicitement annoncé qu’une telle utilisation était envisagée, les CV pourraient bientôt être passés à la loupe. Le réseau américain pourrait par exemple faire en sorte que ce nouveau système compare les informations renseignées par les utilisateurs avec celles disponibles en ligne, ou encore avec des bases de données que LinkedIn pourrait acquérir dans un second temps. De quoi renforcer la crédibilité du réseau leader sur le marché, en expurgeant de ses pages petites exagérations et gros mensonges.

Snapchat couve une petite révolution

snapchatLe dilemme de la monétisation se pose dans les mêmes termes pour la plupart des réseaux sociaux : comment intégrer la publicité rémunératrice sans pour autant faire fuir ses utilisateurs ? Chez Snapchat, le réseau de messages éphémères, on a choisi d’être proactifs et de prodiguer ses bons conseils aux marques et autres annonceurs. Pour avoir l’assurance d’être vus, il faut penser VER-TI-CAL, a ainsi expliqué en substance Snapchat à ses partenaires. Les publicités tournées verticalement seraient visionnées 9 fois plus fréquemment que celles tournées horizontalement. Logique imparable, puisque les snapchatteurs, majoritairement des jeunes de la génération Y, utilisent en priorité leur téléphone mobile pour se connecter, et le tiennent donc… à la verticale. Du coup, Snapchat veut encourager les annonceurs à s’adapter à ce nouvel usage, et éviter dans le même temps à ses utilisateurs d’avoir à tourner leur téléphone. Ça semble se jouer à peu de choses, mais on le sait bien dans le marketing, toute manipulation supplémentaire décourage considérablement l’utilisateur. Certes, les vidéos publicitaires tournées verticalement sont encore loin de faire légion, mais les applis de live streaming Meerkat et Periscope, qui ont beaucoup fait parler ces dernières semaines, les ont déjà adoptées, signe que les usages pourraient vite changer pour se mettre à la page.

Twitter plébiscité par les journalistes et les grands leaders

twitter2Twitter, et son univers parfois un peu abscons pour l’utilisateur lambda, a la côte auprès des journalistes et des grands hommes (et femmes) de ce monde. D’après une étude publiée récemment, Twitter aurait la nette préférence des journalistes français, qui verraient le réseau comme incontournable dans leur activité professionnelle. Ils seraient ainsi 78% à l’utiliser, contre 63% pour Facebook et LinkedIn. Même son de cloche enthousiaste pour les grands leaders mondiaux : sur 193 États faisant partie des Nations Unies, 85% sont présents sur Twitter ; 172 chefs d’État et de gouvernement possèdent un compte personnel et seuls 28 pays, principalement en Afrique et en Asie-Pacifique, ne sont pas présents sur le réseau social, révèle Burson-Marsteller cette semaine. Double consécration pour Barack Obama puisque le top five des leaders mondiaux les plus suivis comprend à la fois son compte personnel (@BarackObama), et le compte de la Maison Blanche (@WhiteHouse). Le pape François (@Pontifex), le Premier ministre indien (@NarendraModi) et le président turc (@RT_Erdogan) viennent compléter le classement. Il en faudra certainement plus pour mettre du baume au cœur de Twitter, dont les actions ont dévissé de près de 18% à Wall Street. En cause, une fuite (sur Twitter of course) faisant état de contre-performances sévères au premier trimestre, notamment en termes de chiffre d’affaires et de progression du nombre d’abonnés sur mobile. Contraint de confirmer les informations, le directeur général Dick Costolo n’a eu d’autre choix que d’exprimer sa déception sur les résultats de l’entreprise.

Emilie Lhoste V1-2

 

 

Laisser un message

Combien font 7 + 2 =