Thumbnail preview

Social Week Report – 30 octobre

30 octobre 2015 Social Week Report 0 Écrit par admin

Le show-business prend le pouvoir sur les réseaux sociaux cette semaine : entre James Bond, Prince et Céline Dion, les célébrités sont partout. On parle aussi de la déroute de Twitter en Bourse et de la version professionnelle de Facebook, qui débarque chez les banquiers.

007 SE DÉVOILE, RIEN QUE POUR SNAPCHAT…

snapchat

Snapchat aurait-il enfin trouvé le moyen de faire recette et ainsi de convaincre sur la viabilité de son business model ? Une opération promotionnelle parfaitement orchestrée sur le réseau social cette semaine pourrait bien le laisser croire.

Cela ressemble au win-win deal parfait. D’un côté, le puissant studio de cinéma Sony Pictures Entertainment, en pleine promotion pour la sortie du nouvel opus des aventures de 007 ; de l’autre, Snapchat et ses chaînes « Discover », qui remportent un franc succès auprès de la jeune génération. Mais pas question de se contenter de spots publicitaires intégrés au contenu des chaînes existantes, comme c’est le cas aujourd’hui pour les annonceurs. Une chaîne dédiée a donc fait son apparition parmi les canaux de BuzzFeed et autres CNN. Seule différence notable, la mention « sponsorisé » apparaît tout de même sous l’icône de la chaîne.

Sur Spectre, du nom de la 24e aventure cinématographique de James Bond, on trouve des contenus exclusifs (coulisses, interviews et making of), spécialement créés pour Snapchat. Les vidéos sont donc au format vertical, selon le standard établi par l’entreprise. Elles sont également éphémères, et disponibles dans 17 pays pendant 24h, pas plus.

Snapchat n’a pas précisé si cette initiative très remarquée, la première du genre, a vocation à se reproduire dans un futur proche, mais de l’avis de certains commentateurs, le réseau d’Evan Spiegel, qui revendique une valorisation de 16 milliards de dollars, pourrait avoir dégoté le bon filon, en laissant les annonceurs piloter eux-mêmes leur chaîne éphémère.

UNE GRANDE BANQUE OPTE POUR FACEBOOK@WORK

facebookworkL’utilisation (autorisée) de Facebook au bureau n’a jamais été aussi proche. Cette semaine, le réseau social a frappé un grand coup en annonçant avoir décroché un partenariat avec Royal Bank of Scotland, qui compte 100 000 salariés. La déclinaison professionnelle de Facebook, Facebook@Work, sera déployée dans un premier temps auprès de 30 000 salariés de la banque d’ici mars prochain. La montée en puissance devrait se poursuivre dans les mois suivants, avec l’objectif d’un déploiement global d’ici fin 2016, auprès de l’ensemble des effectifs.

Plus qu’un nom, Royal Bank of Scotland doit faire office de véritable référence pour Facebook@Work, qui est toujours dans sa phase de pré-lancement. Si une banque fait confiance à la plateforme, pourquoi pas vous ? C’est en substance le message que Facebook entend faire passer avec ce prestigieux partenariat, qui devrait asseoir sa crédibilité auprès des patrons. Facebook a aussi à cœur de prouver que sa version professionnelle s’adresse autant aux petites et moyennes entreprises qu’aux grands groupes. En effet, le réseau avait jusqu’ici plutôt ciblé les entreprises comptant quelques milliers de salariés.

Chez RBS, les salariés pourront poster des photos, créer des groupes de discussion, inviter des collègues à des évènements, mais aussi envoyer des messages privés, avec l’assurance que les comptes professionnels et personnels seront entièrement séparés. La sécurité et la confidentialité constituent en effet les deux préoccupations majeures des entreprises, de plus en plus exposées aux cyber-attaques.

L’atout majeur de F@W? La prise en main par les employés : la base de la plateforme est peu ou prou similaire à la version grand public de Facebook, ce qui garantit que tous, ou presque, sont déjà aguerris au produit. Gratuit dans sa version bêta, Facebook@Work devrait rapidement laisser la place à une version payante, qui pourrait inclure des fonctionnalités Microsoft (Office 365) et Google.

ON EN PARLE AUSSI

Les investisseurs sanctionnent Twitter

investisseursAïe aïe aïe, Twitter n’en a pas fini avec une mauvaise passe qui dure depuis son introduction en Bourse, il y a déjà deux ans. Le titre dévissait fortement après la publication des résultats trimestriels cette semaine. Pourtant, le réseau a annoncé des résultats financiers meilleurs que prévu, avec une progression de 58% du chiffre d’affaires (à 569 millions de dollars) ainsi qu’une croissance de 60% des revenus publicitaires, d’une année sur l’autre. Mais à en croire la réaction de franche défiance de Wall Street, c’est l’arbre qui cache la forêt. En effet, les investisseurs ont préféré retenir la timide croissance du nombre d’utilisateurs, véritable talon d’Achille de l’entreprise. Avec seulement 4 millions de nouveaux Twittos entre juillet et septembre 2015 (+1%), la progression a été unanimement jugée trop faible. Twitter a également revu à la baisse ses prévisions pour le quatrième trimestre, largement en deçà des attentes des analystes. Résultat : l’action était à la peine dans les échanges électroniques suivant la clôture de la Bourse de New York mardi soir (- 12%). Une situation qui fait dire à Fortune que « la lune de miel » entre le nouveau PDG Jack Dorsey et Wall Street est d’ores et déjà terminée.

Prince vs Céline Dion sur Instagram

princePrince signe son grand retour sur les réseaux sociaux, et ça fait du bruit dans les médias cette semaine. Personne n’avait vraiment compris ce qu’il s’était passé en 2014, quand l’artiste avait décidé de fermer ses comptes Twitter et Facebook sans autre forme de procès. Pour ce retour inopiné, pas plus d’explications de la part de l’artiste fantasque. Les commentaires abondent donc sur la raison possible de ce retour surprise sur Instagram, qui pourrait être aussi bien un coup marketing annonciateur d’un nouveau projet ou encore simplement une façon de donner cours à un égo que l’on sait débordant, explique Télérama. Pendant cette année de diète 2.0, Prince en a gardé sous la talonnette et publie désormais à tour de bras. Le compte « Princestagram » comporte déjà 94 publications et 132 000 abonnés. Selfies, mèmes et vidéos – à la gloire de Prince évidemment – tout y est. Le Canada n’est pas épargné par le virus Instagram puisque la chanteuse Céline Dion vient grossir les rangs des célébrités se mettant en scène sur le réseau, en y ouvrant cette semaine son propre compte

Emilie-Lhoste-V1-2

 

Laisser un message

Combien font 5 + 7 =